Accueil>Documentation>Archives>
  MOSCI Documentation Nous aider Utile D I

 

 

 

MOSCI -Case Postale 145-1350 Orbe
 
info(at)mosci.info
CCP: 10-189623-1

Principe de précaution

Texte explicatif

 


Vérités sur l'islam

Des fondements du système islamique aux mécanismes et conséquences de l'islamisation

commandez votre exemplaire du livre de 320 pages écrit par le président du MOSCI.

Prix de vente: 30.- CHF

Réductions si plusieurs exemplaires commandés.

>>voir le descriptif et le sommaire

 


 


Derniers ajouts:

02.07.2016 Interdiction du voile intégral au Tessin : activisme et provocation du CCIS et de Rachid Nekkaz

02.07.2016 La police suit quarante Genevois radicalisés

01.07.2016 Distribution du Coran sur la voie publique et EI: Winterthour envisage l'interdiction

25.05.2016 Les élèves musulmans devront serrer la main aux profs

25.05.2016 Des mosquées albanaises tenues par des imams radicaux

Conférence du Professeur Sami Aldeeb : Le jihad dans l'islam

> Toutes les archives

 

Les incontournables:

Analyse juridique : pourquoi l’interdiction des minarets ne viole pas la CEDH voir l'analyse ¦ (version au format Word)

Pourquoi soutenir l'initiative Fribourgeoise contre le Centre suisse islam et société? ¦ Le point sur la formation sur l’islam proposée par le GRIS et l’IIIT et son subventionnement par l’ODM

16.05.2012 Victoire du MOSCI devant le Tribunal fédéral : le concept de diffamation des religions n’a pas sa place en droit suisse

Télécharger le rapport Obin (islam dans les écoles françaises)

Télécharger le rapport Denece (leproblème de l'islam dans les banlieues)

L'Occident face à l'islam militant

Eurabia au Conseil de l'Europe (Resolution 1605)

Analyse du recueil 1 du Conseil européen des fatwas

Arrêt du Refah (CEDH, 31 juillet 2001)

Reportage: islam, ce que l'Occident doit savoir

15.11.2015 La menace d’attentat sur sol suisse est en augmentation selon les experts

30.11.2012Recensement aujourd'hui du 20'000 ème attentat meurtrier commis au nom de l’islam depuis le 11 septembre 2001

22.11.2012L’UBS ferme le compte d’une organisation finançant le terrorisme

26.11.2012 Levée d'interdiction du port du voile : l’arrêt du Tribunal administratif thurgovien fait fausse route - L'analyse du MOSCI

10.09.2012 Le MOSCI révèle que le CMMS s’est associé à des islamistes incitant au meurtre en vue de tenir une exposition sur l’islam à Lausanne

01.10.2010 Le Président du MOSCI acquitté : la critique de l'islam n'est pas du racisme

02.07.2010 De l'apologie du martyr à l'incitation au crime: les appels au Jihad ont-ils dorénavant droit de cité à Genève ?

24.03.2010 L’ambassade belge en Suisse soutient l’islamisation du marché

Et si Mahomet n'avait jamais existé ?

 

Bibliographie

 


 

 


 

 

 

 

 

 

15.11.15 La menace d’attentat sur sol suisse est en augmentation selon les experts

La task force antiterrorisme de la Confédération a déjà pointé les différents dangers auxquels va devoir faire face notre pays.

La Suisse officielle ne tombe pas des nues après les attentats de Paris. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a déjà le terrorisme islamique sur son radar depuis de nombreuses années. En 2012 cependant, le danger lié à Al-Qaida était considéré comme moyen, derrière l’extrémisme de gauche ou le PKK. Avec l’avènement de l’Etat islamique, tout a changé. Dans le dernier rapport 2015 du SRC, les partisans du djihad sont considérés comme le risque numéro un, sans aucun équivalent.

Pour le chef du Département fédéral de la sécurité, Ueli Maurer, le risque s’est encore accru après les événements de vendredi soir. «Un attentat en Suisse n’est plus aujourd’hui totalement abstrait. Il est envisageable», déclare-t-il dans le SonntagsBlick d’hier. Mais quelles sont les menaces réelles? La task force antiterrorisme TETRA, qui regroupe le SRC, FedPol, les polices cantonales et le Ministère public de la Confédération, en ont identifié plusieurs. En voici un résumé.

Un risque général qui s’accroît depuis le début de l’année

L’attentat contre le journal Charlie Hebdo en début d’année a fait passer le niveau d’alerte au rouge en Suisse. Les autorités communiquent désormais régulièrement sur la question et le font de manière coordonnée et unitaire. Certaines personnalités critiques envers l’islamisme ont été placées sous protection policière. On citera par exemple le rédacteur en chef de la Weltwoche et conseiller national Roger Köppel ou le comique alémanique à la coiffure de Huron, Andreas Thiel.

L’attentat raté en août dans le TGV Thalys en France a constitué une nouvelle piqûre de rappel du danger. En Suisse, pas d’attentat: mais on recensait en octobre 2015 quelque 40 cas de voyages à motivation djihadiste. Soit 10 de plus qu’en février (+ 33%). On estime qu’il y a actuellement 70 cas d’activités terroristes présumées. Plus d’une vingtaine d’enquêtes pénales sont en cours.

Les représentations des grands pays occidentaux comme cible

La Suisse n’est pas directement dans la ligne de mire de l’Etat islamique. Le nom de notre pays a été mentionné par le passé mais pas de façon claire, ciblée et répétée. C’est dû au fait que notre pays ne participe pas à la guerre en Irak et en Syrie. Les USA, la Grande-Bretagne, la France ou la Russie sont en revanche régulièrement vouées aux gémonies par les extrémistes islamistes en raison de leur engagement militaire au Proche-Orient.

Cela ne reste pas sans conséquences pour la Suisse. Elle subit en effet un risque collatéral en accueillant les ambassades et les consulats des grands pays en guerre ouverte avec l’Etat islamique. Le SRC estime que ce risque est en augmentation.

L’agent dormant ou le loup solitaire redouté en Suisse

Sans l’exclure, la Suisse ne considère pas comme principale menace un attentat du type de Paris qui témoignait d’une coordination et d’une logistique sophistiquées. Trois groupes de terroristes étaient en effet simultanément à l’œuvre. Le conseiller fédéral Ueli Maurer redoute davantage le terroriste «dormant», comme il le confie à la Neue Zürcher Zeitung d’hier.

C’est le principe du loup solitaire. Il vit en Suisse, il s’est radicalisé dans l’ombre, à travers Internet ou par un proche. Il est fasciné par la propagande de l’Etat islamique et vibre à chaque attentat réussi. Et un jour, il passe à l’acte de façon autonome, sans grande préparation. «Ces individus sont difficilement détectables et représentent un véritable défi pour la prévention du terrorisme», juge le SRC.

Le retour des guerriers si l’Etat islamique part en lambeaux

Les attentats de Paris vont certainement infléchir la politique étrangère de la France. Les leaders de l’opposition réclament déjà bruyamment un rapprochement avec la Russie de Poutine et la Syrie de Bachar el-Assad. Cela pourrait accélérer la constitution d’une grande coalition avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et les Kurdes pour prendre en tenaille les territoires conquis par l’Etat islamique. Ce dernier pourrait alors se décomposer face à cette force de frappe inédite.

La task force antiterroriste suisse a déjà anticipé de tels changements. Et dans un premier temps, ils ne sont pas réjouissants. «D’importants changements en Syrie ou en Irak pourraient provoquer le retour en Suisse de djihadistes endoctrinés et entraînés au combat. A moyen ou long terme, il faut s’attendre à une expansion de la menace terroriste djihadiste en Suisse.»

Les mesures pour combattre le terrorisme islamique

La réponse suisse au terrorisme est d’abord sécuritaire. Le renforcement des effectifs du service de renseignement est en cours. L’arsenal de surveillance des individus qui attentent à la sécurité de l’Etat va être étendu, avec notamment l’arrivée de logiciels espions. Un Etat-major national de conduite policière, placé sous le commandement des polices cantonales, a été mis sur pied depuis 2015. Il doit coordonner les actions en cas d’attaques terroristes sur le sol d’un ou de plusieurs cantons.

Mais les pouvoirs publics estiment aussi que la prévention est indispensable pour lutter contre le mal à la racine. Ils veulent continuer à bien intégrer les étrangers et éviter des quartiers «ghettos» comme en France. Ils souhaitent aussi détecter de façon précoce des personnes qui se radicalisent. Pour ce faire, point de hotline ou de help line nationale: on compte plutôt sur le fait que les cas soient identifiés et signalés dans l’environnement proche de la personne. (24 heures)

Source: 24 Heures, 15.11.2015http://www.24heures.ch/suisse/La-menace-d-attentat-sur-sol-suisse-est-en-augmentation-selon-les-experts/story/17918167