Accueil>Documentation>Archives>
  MOSCI Documentation Nous aider Utile D I

 

 

 

MOSCI -Case Postale 145-1350 Orbe
 
info(at)mosci.info
CCP: 10-189623-1

Principe de précaution

Texte explicatif

 


Vérités sur l'islam

Des fondements du système islamique aux mécanismes et conséquences de l'islamisation

commandez votre exemplaire du livre de 320 pages écrit par le président du MOSCI.

Prix de vente: 30.- CHF

Réductions si plusieurs exemplaires commandés.

>>voir le descriptif et le sommaire

 


 


Derniers ajouts:

02.07.2016 Interdiction du voile intégral au Tessin : activisme et provocation du CCIS et de Rachid Nekkaz

02.07.2016 La police suit quarante Genevois radicalisés

01.07.2016 Distribution du Coran sur la voie publique et EI: Winterthour envisage l'interdiction

25.05.2016 Les élèves musulmans devront serrer la main aux profs

25.05.2016 Des mosquées albanaises tenues par des imams radicaux

Conférence du Professeur Sami Aldeeb : Le jihad dans l'islam

> Toutes les archives

 

Les incontournables:

Analyse juridique : pourquoi l’interdiction des minarets ne viole pas la CEDH voir l'analyse ¦ (version au format Word)

Pourquoi soutenir l'initiative Fribourgeoise contre le Centre suisse islam et société? ¦ Le point sur la formation sur l’islam proposée par le GRIS et l’IIIT et son subventionnement par l’ODM

16.05.2012 Victoire du MOSCI devant le Tribunal fédéral : le concept de diffamation des religions n’a pas sa place en droit suisse

Télécharger le rapport Obin (islam dans les écoles françaises)

Télécharger le rapport Denece (leproblème de l'islam dans les banlieues)

L'Occident face à l'islam militant

Eurabia au Conseil de l'Europe (Resolution 1605)

Analyse du recueil 1 du Conseil européen des fatwas

Arrêt du Refah (CEDH, 31 juillet 2001)

Reportage: islam, ce que l'Occident doit savoir

15.11.2015 La menace d’attentat sur sol suisse est en augmentation selon les experts

30.11.2012Recensement aujourd'hui du 20'000 ème attentat meurtrier commis au nom de l’islam depuis le 11 septembre 2001

22.11.2012L’UBS ferme le compte d’une organisation finançant le terrorisme

26.11.2012 Levée d'interdiction du port du voile : l’arrêt du Tribunal administratif thurgovien fait fausse route - L'analyse du MOSCI

10.09.2012 Le MOSCI révèle que le CMMS s’est associé à des islamistes incitant au meurtre en vue de tenir une exposition sur l’islam à Lausanne

01.10.2010 Le Président du MOSCI acquitté : la critique de l'islam n'est pas du racisme

02.07.2010 De l'apologie du martyr à l'incitation au crime: les appels au Jihad ont-ils dorénavant droit de cité à Genève ?

24.03.2010 L’ambassade belge en Suisse soutient l’islamisation du marché

Et si Mahomet n'avait jamais existé ?

 

Bibliographie

 


 

 


 

 

 

 

 

 

25.05.2016 Les élèves musulmans devront serrer la main aux profs

 

Les écoliers de Bâle-Campagne ne pourront plus refuser de serrer la main pour des raisons religieuses. Si un élève persiste, il doit s'attendre à des sanctions, a indiqué mercredi le Département cantonal de l'éducation.

La décision du département intervient après la polémique nationale causée par deux élèves musulmans qui ont refusé de serrer la main de leur enseignante pour des questions religieuses en avril à l'école secondaire de Therwil (BL). Le département a publié son communiqué en allemand et en français.

Selon une analyse juridique réalisée à la demande du département, les écoles du canton peuvent exiger la poignée de main malgré la liberté de religion. L'intérêt public concernant l'égalité entre femmes et hommes aussi bien que l'intégration de personnes étrangères l'emportent «largement» sur la liberté de croyance des élèves.

Liberté limitée

«L'exercice de la liberté de conscience et de croyance de chacun est limité par les droits et libertés d'autrui», rappelle le département. Une personne refusant la poignée de main pour des questions religieuses la rend inaccessible à son vis-à-vis. Ainsi, les enseignants, enseignantes et autres élèves «se trouvent impliqués dans une pratique religieuse qui ne leur appartient pas».

«Par conséquent, une enseignante peut exiger la poignée de main», a déclaré la directrice de l'office cantonal de l'instruction publique lors de l'assemblée des directrices et directeurs des écoles primaires et secondaires. En cas de refus, les autorités scolaires appliqueront les sanctions prévues par la loi.

Selon la législation, les parents ou les responsables légaux risquent un avertissement, voire une amende pouvant aller jusqu'à 5000 francs. D'autres mesures disciplinaires envers les élèves sont possibles: il s'agit «de mesures éducatives, adaptées, nécessaires et proportionnées comme un avertissement, un entretien avec les parents ou une réprimande écrite».

Dispense supprimée

Lorsque les deux élèves ont refusé de serrer la main de leur institutrice, la direction de l'école les a temporairement dispensés de serrer la main aux enseignants des deux sexes «afin d'assurer un déroulement de la vie scolaire sans encombre». Ce règlement provisoire sera annulé.

L'office des migrations s'est entretenu avec les membres de la famille des deux garçons. Une personne a été avertie selon la loi fédérale sur les étrangers (article 96, alinéa 2) pour valorisation de la violence. En raison du secret de fonction, le département ne peut pas donner d'information sur les conséquences éventuelles que peut avoir cette affaire sur la demande de naturalisation déposée par la famille des deux garçons.

Vidéos visionnées

Les autorités de poursuite ont visionné les deux vidéos publiées sur Facebook par les deux écoliers. Le département souligne qu'aucun fait susceptible d'être qualifié pénalement n'existe concernant ces vidéos.

Le département a aussi annoncé qu'il veut créer les bases juridiques nécessaires afin d'établir «une passerelle entre la loi sur l'éducation et celle sur les étrangers». Les écoles seront tenues de signaler à l'office des migrations des problèmes substantiels liés à l'intégration.

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, le Conseil central islamique suisse (CCIS) fait part de son mécontentement. En obligeant les élèves à serrer la main, le département cantonal a dépassé ses compétences.

Le CCIS a annoncé qu'il s'opposera juridiquement au nouveau règlement s'il est mis en application. Pour le conseil, obliger à avoir des «contacts corporels» avec une autre personne est du «totalitarisme des valeurs». (afp/nxp)
(Créé: 25.05.2016, 10h01)